Le plaisir anal

 

Patience. Prendre son temps. Ne pas forcer. Se relaxer. Respirer. Voilà les mots d'ordre qui permettent de goûter au plaisir anal. C'est un plaisir qu'il faut apprivoiser. Le plaisir anal est procuré, avec ou sans pénétration, par la langue, les doigts, le pénis, un godemiché (dildo) ou d'autres objets. Choisir d'explorer le sexe anal est une question de préférence personnelle et peut être une pratique sexuelle incontournable ou occasionnelle.

 

 

En solo…

 

On peut explorer le plaisir anal pendant la masturbation, prendre le temps de ressentir, de découvrir les différentes sensations et les plaisirs procurés en massant l'extérieur de l'anus avec les doigts.

 

Si on choisit d'aller plus loin et de pratiquer la pénétration, on commence avec un doigt… et beaucoup de lubrifiant à base d'eau ou de silicone. Une fois de plus, cela permet de prendre le temps de sentir l'intérieur du rectum, les sphincters, les sensations de différents mouvements (va-et-vient, mouvements circulaires, etc.).

 

Il est important d'apprendre comment l'anus réagit à la dilatation et le rectum à la pénétration. Il faut d'abord connaître son corps, ses limites et ce qui lui procure du plaisir.

 

haut

En duo…

 

Pour que l'expérience soit plaisante pour les deux partenaires, le sexe anal avec pénétration nécessite l'implication des deux partenaires, celui qui pénètre (le top) et celui qui est pénétré (le bottom). Un minimum de confiance et de communication est nécessaire.

 

Pour que le plaisir anal atteigne son paroxysme, il faut que le pénétré puisse se relaxer. Il faut donc choisir un endroit et une position qui favorisent la relaxation. Celui qui pénètre doit prendre le temps de préparer l'anus, de le dilater. On commence graduellement pour ensuite pénétrer plus profondément jusqu'à l'atteinte d'un rythme, d'un mouvement qui saura être agréable et plaisant pour les deux partenaires.

 

 

haut

Le plaisir de la prostate

 

La stimulation de la prostate peut être une source de plaisir et de jouissance pour plusieurs hommes. Lors d'une érection, il suffit d'insérer un doigt (le sien ou celui du partenaire) dans l'anus, d'une profondeur d'environ deux pouces.

 

La prostate se situe maintenant entre le doigt et le nombril. Généralement de la grosseur d'une noisette, elle grossit lors de l'excitation sexuelle pour atteindre la taille d'une balle de golf. Assez facile à repérer! Appuie doucement et tu ressentiras une pression ou la sensation qu'un liquide s'écoule du pénis. Puisque la prostate produit une partie du liquide qu'on éjacule, c'est exactement ce qui se produit! Certains hommes auront toutefois une envie soudaine d'uriner.

 

Par contre, si on stimule la prostate suffisamment, un orgasme profond, physique et intense peut se produire. Un plaisir réservé aux hommes qui vaut vraiment la peine d'être exploré!

 

 

haut

Plaisir, douleur et pénétration anale

 

Le lien plaisir-douleur pendant la pénétration anale est bien connu. Il faut toutefois bien s'entendre : on ne doit pas endurer une douleur intolérable ou une sensation de brûlure simplement parce qu'on croit que c'est nécessaire.

 

Il est possible d'allier confort et plaisir lorsqu'on pratique la pénétration anale. Quelques faits anatomiques et conseils pour diminuer la douleur :

 

La région anale est composée de deux sphincters anaux :

 

  • Le sphincter externe. On peut contrôler le relâchement de ce muscle par la détente et la respiration;
  • Le sphincter interne. Il a tendance à se contracter lorsqu'il sent un objet qui pénètre. C'est une des sources de la douleur ressentie par la personne qui est pénétrée.

Le sphincter interne se contracte au début, mais se détendra après un certain temps. Si le pénétré ressent une douleur ou que le top a l'impression que « ça bloque », il faut rester en place, immobile, environ 30 secondes, avant de reprendre une pénétration plus profonde et tout en douceur! On doit utiliser suffisamment de lubrifiant à base d'eau ou de silicone.

 

Le RECTUM n'est pas un canal droit. En entrant, il y a une première courbe vers l'avant (nombril) et, environ 3 pouces plus loin, il y a une courbe vers l'arrière. La douleur survient lorsqu'on tente de forcer la pénétration.

 

Il faut réajuster la position et l'angle de pénétration. Encore une fois, le pénétré doit respirer plus profondément et se détendre. La pénétration s'effectue plus facilement pendant l'expiration.

 

 

haut

Mythes entourant la pénétration anale

 

Il existe un mythe social qui veut que la pénétration anale soit LA pratique sexuelle préférée de TOUS les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes. C'est FAUX. Ce n'est pas parce qu'on a des relations sexuelles avec d'autres hommes qu'on doit pratiquer et aimer la pénétration anale.

 

Chez les hommes d'orientation homosexuelle, cette croyance peut créer le sentiment que si on ne le fait pas ou qu'on n'aime pas la stimulation de la région anale, on n'est pas « un vrai gai ». Encore une fois, c'est FAUX.

 

La sexualité entre hommes se vit de bien des façons et les activités sexuelles pratiquées doivent correspondre à ce que chacun trouve d’excitant et de stimulant.



Partager 

haut


Retour


Une question ?


Faire un don

Rezo santé - Atelier Arrêter de fumer

Suis-nous

Infolettre