Les infections virales - Herpès (VHS)

DESCRIPTION DE L'AGENT

 

Virus herpès simplex.

 

Il existe deux types de virus de l'herpès qui affectent le tour de la bouche et les lèvres, les organes génitaux et l'anus : l'herpès simplex du type 1 (VHS-1) et l'herpès simplex du type 2 (VHS-2).

 

Les feux sauvages sont généralement causés par le VHS-1, tandis que les lésions d'herpès génital par le VHS-2. Par contre, pendant le sexe oral, si tu as un feu sauvage sur la lèvre, tu peux transmettre le virus de l'herpès aux organes génitaux du partenaire. L'inverse est aussi vrai (l'herpès sur le pénis peut être transmis aux lèvres de la personne qui effectue la fellation).

 

Les deux types de virus de l'herpès simplex ont en commun leur capacité à récidiver ou à se réactiver.

 

 

haut

MODES DE TRANSMISSION

 

La probabilité de transmettre ou de contracter l'herpès génital devient plus élevée pendant une crise d'herpès. La période dite « à risque de transmission » se situe entre 12 et 24 heures avant l'apparition visuelle des lésions sur la peau, moment où les sensations de picotements ou de démangeaisons sont ressenties aux zones infectées.

 

Jusqu'à ce que les ulcères soient complètement recouverts d'une gale, les risques de transmission s'avèrent élevés.

 

Le virus de l'herpès se transmet sexuellement par contact direct avec une lésion, notamment par pénétration anale ou par sexe oral. L'herpès est également transmissible si les doigts ou la main entrent en contact avec une lésion et qu'ils touchent ensuite les organes génitaux, l'anus ou la bouche. Même si le risque de transmission diminue en absence de lésions, il est présent puisque la personne est toujours porteuse du VHS.

 

L'utilisation du condom se révèlera efficace, sauf si les lésions d'herpès sont situées ailleurs que sur le pénis, notamment sur les testicules ou à l'intérieur des cuisses.

 

 

haut

PÉRIODE D'INCUBATION

 

2 à 21 jours (moyenne de 6 jours).

 

 

haut

SYMPTÔMES

 

Il est important de souligner que les symptômes de l'herpès génital peuvent varier d'une personne à une autre et d'un épisode à un autre. Une personne infectée peut ne pas développer de symptômes ou présenter des symptômes atypiques ou mineurs et ainsi ignorer être porteuse du VHS. Voici une crise d'herpès dite « classique » :

 

  • Sensation initiale de picotement au niveau de la région affectée (les lésions d'herpès apparaissent généralement toujours aux mêmes endroits);
  • Apparition d'une rougeur discrète ou d'une enflure aux endroits infectés;
  • Développement rapide (heures ou jours) d'une grappe de vésicules (petites cloches remplies de liquide) très fragiles qui se briseront pour former de petits ulcères ou des plaies sensibles, douloureuses au toucher;
  • En quelques jours seulement, ces plaies se recouvrent d'une croûte et la peau se cicatrise.

Du début à la fin, une récidive de crise d'herpès peut durer de cinq à sept jours jusqu'à quelques semaines.

 

 

Première crise d'herpès génital

 

La première crise d'herpès est généralement plus intense et sévère que les récidives. La réaction immunitaire sera non seulement locale, mais aussi généralisée. En plus des ulcères douloureux, tu peux ressentir certains symptômes comme la fièvre, la fatigue, des nausées ou vomissements, des douleurs ou raideurs musculaires et des ganglions enflés dans la région de l'aine.

 

 

haut

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT

 

Le médecin diagnostiquera l'herpès génital suite à la description des symptômes dits « classiques » et d'un examen visuel qui confirmera son diagnostic. Il est donc primordial de consulter un médecin dès l'apparition des symptômes, surtout lors de l'épisode initial.

 

Le médecin pourra également procéder à une culture des lésions d'herpès, question de confirmer le diagnostic visuel et de déterminer le type de VHS (1 ou 2). À l'aide d'un coton-tige, le médecin frottera légèrement la surface d'une lésion et fera parvenir le prélèvement au laboratoire pour analyse.

 

Pour obtenir un diagnostic plus précis, il est préférable d'effectuer la culture dans les 24 à 48 premières heures suivant l'apparition des lésions. Lorsque les cloques ont éclaté ou qu'elles sont présentes depuis plus de 48 heures, le résultat peut être négatif malgré un diagnostic visuel positif. Dans ce cas, il faudra reprendre une culture au moment de la récidive. Le diagnostic peut également se faire par le biais d'une prise de sang.

 

Des médicaments tels que Zovirax®, Valtrex® et le Famvir® servent à réduire l'intensité et la durée des symptômes, mais n'éliminent pas le virus de l'herpès. Ces médicaments sont administrés par voie orale pendant environ 5 jours. Ils peuvent également être pris quotidiennement afin de prévenir les récidives lorsque ces dernières sont fréquentes. Il existe également des crèmes que l'on applique sur les lésions et qui peuvent soulager l'inconfort.

 

 

haut

NOTES SUPPLÉMENTAIRES

 

  • Possibilité d'auto-inoculation lors de la primo-infection;
  • Porte d'entrée pour le VIH;
  • La charge virale diminue avec les années.

 

haut

PRÉVENTION

 

Le port du condom peut offrir une protection efficace à condition qu'il couvre.

 

 

haut

LE VIRUS DE L'HERPÈS ET LE VIH

 

Les personnes séropositives et vivant avec le virus de l'herpès présenteront plus de lésions ou d'ulcérations qui seront plus volumineuses et plus tenaces. Si le système immunitaire se trouve très affaibli, le VHS peut se propager dans tout le système sanguin et causer des lésions d'herpès qui apparaîtront sur de plus grandes surfaces de peau ou de muqueuse buccale. Les lésions d'herpès internes sont diagnostiquées par biopsie et nécessitent généralement une hospitalisation et des traitements par voie intraveineuse. Dans ce cas, l'herpès est une infection opportuniste qui peut indiquer la phase sida.

 

Si vous êtes séropositifs et porteurs du VHS, il est important de parler à votre médecin de la possibilité de suivre quotidiennement des traitements contre l'herpès afin d'éviter les récidives.



Partager 

haut


Retour


Une question ?


Faire un don

Rezo santé - Chatter avec RÉZO!

Voxpop



Connais-tu la PrEP (prophylaxie préexposition)?








Suis-nous

Infolettre