Les formes de violence

La violence est une mauvaise utilisation du pouvoir qui vise à contraindre un partenaire à se conformer à la volonté de l’autre. Il ne s’agit pas d’une perte de contrôle, mais d’une prise de contrôle. Les actes de violence peuvent être commis une seule fois, ou ils peuvent se produire selon un schéma répétitif ou de manière croissante sur une période de plusieurs mois, voire même plusieurs années. La violence peut également changer de forme au fil du temps. Il a plusieurs formes de violence, et une personne peut être soumise à plus d'une forme à la fois.

La violence physique est la plus visible et comprend l'usage de la force physique d'une manière qui blesse une personne telle que battre, frapper, gifler, secouer, pousser, étouffer, mordre, brûler, donner des coups de pied, ou agresser avec une arme. Les autres formes de violence physique peuvent comprendre par exemple la brutalité, la séquestration, lancer des objets vers la personne, ou tout usage dangereux de la force ou de la punition. Cette forme de violence est souvent déguisée en accident ou justifiée par la perte de contrôle. Même entre hommes, la violence physique peut être présente et n’existe pas seulement dans les relations hétérosexuelles. D’autre part, c’est rarement la première forme de violence à survenir.

 

La violence psychologique et émotionnelle est la plus difficile à dépister. C’est cependant la forme la plus subtile et la plus utilisée. Elle peut prendre de multiples formes, et peut inclure le chantage (de dévoiler l’orientation sexuelle de l’autre à son entourage, par exemple), les moqueries, le sarcasme, l’humiliation, l'intimidation ou l’utilisation de commentaires homophobes pour dénigrer l’autre. Rabaisser, bouder ou attaquer l’autre personnellement – entre autres sur son passé – constitue également une forme de violence psychologique. Le harcèlement criminel peut comprendre la menace exercée sur une personne, ou ses proches, endommager leurs possessions ou des objets qui ont une grande valeur sentimentale, ou blesser leur animal de compagnie.

 

La violence verbale découle souvent de la violence psychologique, mais comprend plus spécifiquement l’utilisation de la voix comme arme contre l’autre personne ou pour la déstabiliser. Elle comprend, les cris, les sacres, la domination par la voix ou le fait d’utiliser un ton menaçant.

 

La violence sexuelle est la plus taboue et inclue toutes les formes d'agression sexuelle, de harcèlement sexuel, et d'exploitation sexuelle. Elle vise à dominer l’autre dans son intimité. Forcer une personne à participer à une activité sexuelle ou à adopter des pratiques sexuelles dans lesquelles elle n’est pas confortable (positions sexuelles, top, bottom, sexe oral, sexe en groupe), contrôler, ridiculiser ou limiter sa sexualité (masturbation, visionnement de porno), ou ses moyens de protection (condom, PPE, PreP), manipuler par les relations sexuelles ou dans le but d’en avoir, utiliser le chantage ou priver l’autre de relations sexuelles constituent également une forme de violence sexuelle. D’autre part, le fait de manipuler ou de forcer le partenaire à ouvrir la relation – en sachant que cela va à l’encontre de ses principes ou de ses valeurs – est une forme de violence sexuelle.

 

La violence économique et financière fait référence au contrôle de l’argent et à la domination financière. Elle peut inclure le vol ou la fraude à l'encontre d'un partenaire, mais va au-delà de cela. Le fait de surveiller et de contrôler les activités économiques de l’autre ainsi que de le priver de certains avantages financiers auxquels il aurait droit ou de faire du chantage (par de l’argent ou des cadeaux) constitue une forme de violence, que le partenaire travaille ou non. Cette forme de violence peut mener à une dépendance financière chez la victime et augmente la peur de quitter la relation et de se retrouver sans ressources pour subvenir à ses besoins.

 

La violence sociale concerne l’entourage et vise à diminuer ou à contrôler la vie sociale. Elle consiste, entre autres, à empêcher à entrer en contact avec certaines personnes (p.ex. d’autres amis gais ou bisexuels), à l’interdire la fréquentation de certains lieux de socialisation (p.ex. certains lieux du village, bars, boutiques, etc.), surveiller les déplacements (demander constamment où l’autre se trouve et avec qui), fouiller le téléphone, espionner les conversations ainsi que dénigrer ou insulter les amis ou la famille.

 

La violence spirituelle est le fait d'utilisation la religion ou les croyances spirituelles d'une personne pour la manipuler, la dominer ou la contrôler. Cela comprend d'empêcher une personne de s'adonner à des pratiques spirituelles ou religieuses, ou de ridiculiser ses croyances. Le fait de se servir de ses propres croyances spirituelles afin de justifier son pouvoir sur l’autre constitue une forme de violence également.



Partager 

haut


Retour


Une question ?


Faire un don

Rezo santé - Chatter avec RÉZO!

Voxpop



Connais-tu la PrEP (ou prophylaxie préexposition)?








Suis-nous

Infolettre