Les particularités des relations entre hommes

 

La violence au sein des couples homosexuels est similaire à celle qui est présente dans les couples hétérosexuels. Les études varient et parlent d’environ 1 homme sur 4 à 1 homme sur 3. Ce qui ressort toutefois, c’est le fait que certaines particularités font en sorte qu’il est plus difficile pour un homme gai ou bisexuel d’aller chercher de l’aide. En effet la peur d’être confronté à des préjugés, à de l’homophobie ou à devoir s’identifier à la fois comme victime de violence, à la fois comme personne homosexuelle (ou ayant des relations sexuelles avec des hommes) constitue un obstacle dans leur démarche d’aide. De plus, la nature même de la relation amoureuse ou intime entre hommes procure davantage de leviers de pouvoir pour un partenaire exerçant de la violence. Par exemple, si un des deux partenaires n’a pas dévoilé son homosexualité à ses proches ou à sa famille, la personne violente peut se servir de cet enjeu pour maintenir un climat de peur, tout en menaçant de dévoiler l’homosexualité de la victime à son entourage (outing). Le même principe peut également s’appliquer dans l’optique où un des deux partenaires est séropositif. On peut également craindre d’être exclus et marginalisé si on dévoile des comportements violents et agressifs.

D’autres facteurs peuvent bien souvent, être à la source ou favoriser la violence dans les couples gais. En voici quelques-uns :

 

  • l’isolement social;
  • l’homophobie intériorisée (avoir l’impression de mériter les gestes violents)
  • les préjugés (penser que la violence n’existe pas entre hommes);
  • le manque de ressources adaptées à la réalité des personnes homosexuelles (tant pour les victimes que pour ceux ayant des comportements violents);
  • la peur de l’outing involontaire ou forcé du conjoint;
  • la difficulté ou la peur de mettre fin à la relation;
  • la peur de ne pas retrouver un autre partenaire;
  • la peur de demander de l’aide;
  • le refus de se percevoir comme victime;
  • le refus d’avouer avoir des comportements violents;
  • minimiser les gestes violents ou choisir de ne pas les voir ou de les justifier;
  • la peur du jugement, de ne pas être cru ou pris au sérieux;
  • la violence mutuelle (les deux partenaires utilisent des comportements violents).

Il existe également plusieurs lacunes au niveau des différents services offerts à la communauté gaie, et il existe peu de ressources pour répondre spécifiquement à la violence entre hommes.



Partager 

haut


Retour


Une question ?


Faire un don

Rezo santé - Chatter avec RÉZO!

Voxpop



Connais-tu la PrEP (ou prophylaxie préexposition)?








Suis-nous

Infolettre