La PrEP, c’est quoi?

La « Pre-Exposure Prophylaxis » dite « PrEP » (parfois appelée « PPrE » pour « prophylaxie préexposition ») est une stratégie complémentaire de prévention du VIH qui peut être utilisée par des personnes séronégatives dans un contexte de relation(s) sexuelle(s) à risque.

Par « relation sexuelle à risque », nous entendons une situation où il est possible que ton corps soit en contact avec le virus du VIH. Sache qu’embrasser un ami séropositif ne comporte pas de risque! Pour en savoir plus sur le VIH et les autres ITSS, tu peux consulter cette page.

Concrètement, cette stratégie consiste à prendre des antirétroviraux afin de réduire le risque d’infection pour les personnes séronégatives lors d’une potentielle exposition au virus, le médicament devant être suffisamment concentré dans ton corps pour prévenir l’acquisition du VIH.

Tu te poses des questions sur la PrEP?

Tu te poses des questions sur la PrEP? Tu te demandes c’est pour toi? Tu aimerais en savoir plus? Nos intervenant·e·s sont disponibles y répondre. N’Hésite pas et appelle-nous!

Quelles sont les limites de la PrEP?

La PrEP agit contre le VIH, et ne peut pas être utilisée pour prévenir les autres ITSS comme la gonorrhée, la chlamydia, l’hépatite C, la syphilis, etc. Il est donc important d’utiliser la PrEP en combinaison avec d’autres outils de prévention des ITSS : des condoms et du lubrifiant, la notification de tes partenaires, des dépistages réguliers.

De plus, pour que le médicament soit efficace, il faut t’assurer de le prendre selon les indications médicales, c’est-à-dire suffisamment de temps avant une relation et respecter la fréquence des doses.

Finalement, dans de très rares cas, il est arrivé qu’une personne sur la PrEP contracte le VIH (ajouter ici en annexe les articles du site de RÉZO).

Quand est-ce que je peux prendre la PrEP ?

Tu peux prendre la PrEP si tu es un homme séronégatif qui a des pratiques à risque pour le VIH avec d’autres hommes dont le statut VIH ou la charge virale est inconnu. Tu peux aussi prendre la PrEP si tu es un homme séronégatif vivant une relation de couple avec un partenaire séropositif dont la charge virale n’est pas transmissible.

En résumé, la PrEP peut être envisagée si tu es un gars qui, pour différentes raisons, n’utilise pas systématiquement le condom.
Finalement, on sait qu’il est toujours ardu de discuter du « risque réel » d’être infecté par le VIH, le risque variant selon la charge virale de tes partenaires et selon tes pratiques sexuelles. N’hésite pas à contacter un intervenant RÉZO pour en savoir plus sur les facteurs qui entre en ligne de compte dans l’évaluation du niveau de risque d’infection en lien avec ta situation et tes pratiques sexuelles.

Comment ça agit?

Lorsque le médicament est en concentration suffisante dans ton corps (donc en bonne concentration), il freine le processus de reproduction du virus du VIH si tu y es exposé. D’une manière concrète, les molécules antirétrovirales bloquent le processus du virus lorsqu’il s’attaque aux globules blancs (les globules blancs te protégeant des infections, leur destruction est le principal mécanisme du VIH pour se reproduire).

De quelle manière dois-je prendre la PrEP?

À ce jour, deux protocoles ont démontré une efficacité sur la façon de prendre une PrEP : la prendre tous les jours (en continu) ou la prendre à la demande en prévision d’une période d’activité sexuelle précise. Dans les deux cas, il s’agit du même médicament.

La PrEP en continu : Le médicament est pris tous les jours, au même moment et se retrouve donc en permanence dans le corps (niveau de concentration élevé).

La PrEP à la demande : le médicament est pris à certains moments avant, pendant et après les activités sexuelles. Dans l’essai ANRS-IPERGAY, on a testé 24 h avant une exposition potentielle au VIH et pendant les 48h suivant cette exposition.

Dans tous les cas, c’est avec ton médecin que tu discuteras de ce qui correspond mieux à tes besoins.

Où est-ce que je peux me procurer la PPE

La PrEP n’est pas en vente libre. Tu peux avoir accès à la PrEP auprès de ton ou ta médecin de famille si tu en as un ou une.
Il est possible que tu ne te sentes pas à l’aise d’en discuter avec ton ou ta médecin de famille. Sache qu’il est possible pour toi de prendre contact avec des cliniques spécialisées en santé sexuelle à Montréal (lien vers ressources).

Qui peut me prescrire la PrEP ?

La PrEP est prescrite par un ou une médecin qui fera un suivi régulier de santé avec toi, dont un dépistage aux trois mois. Pour faciliter ta réflexion, tu peux en discuter avec un infirmier ou une infirmière lors d’un dépistage. Échanger avec lui ou elle sur ton niveau de risque et les bénéfices potentiels que tu pourrais retirer de la PrEP peut te permettre de parfaire ta réflexion sur la PrEP.

Quelle est l’efficacité de la PrEP ?

Différentes études ont cherché à connaître l’efficacité de la PrEP.
Il a été établi que chez les hommes ayant un risque élevé de contracter le VIH, la PrEP diminue grandement le risque d’acquisition du VIH. Voici quelques résultats d’études sur la PrEP :

L’étude clinique française ANRS-IPERGAY (dont RÉZO a été partenaire pour le volet québécois), a confirmé que la PrEP à la demande (donc prise aux moments entourant des rapports sexuels) diminue de 86% le risque d’infection au VIH.

L’étude britannique PROUD, a confirmé que la PrEP prise tous les jours diminue de 86% le risque d’infection au VIH.

Aux États-Unis, lorsque prise tous les jours, la PrEP a démontré une réduction de 92% du risque de contracter le VIH chez les hommes ayant un risque élevé de contracter le VIH. (Selon le Centers for Disease Control and Prevention, États-Unis).

Les résultats de iPrEX OLE démontrent que les hommes qui prennent la PrEP avec assiduité (minimalement de 4 à 7 jours par semaine) a une efficacité estimée de 86% à 99.9%.

Tous s’entendent pour dire que plus la personne est assidue à la prise de son médicament, plus grande est l’efficacité de la PrEP pour prévenir le VIH.

Comment mon corps peut-il réagir à la PrEP?

La PrEP est sécuritaire et est généralement bien tolérée par les utilisateurs. Le médicament peut toutefois causer des effets secondaires gastro-intestinaux (nausées, crampes d’estomac, etc.). Ces effets sont souvent temporaires et on les voit surtout au début de la prise du médicament; c’est ce qu’on appelle le syndrome du démarrage. Dans de plus rares cas, la PrEP peut affecter les reins ou les os. Ces effets plus rares sont considérés comme réversibles : lors des suivis avec ton médecin, si certains résultats de tests démontrent des effets indésirables sur ton corps, il te sera recommandé de cesser de prendre la PrEP. À ce moment, tout rentrera dans l’ordre, et ce, sans effets permanents sur ton système.

Combien coûte la PrEP?

Sans assurance (publique ou privée), le coût mensuel de la PrEP en continu (30 pilules par mois) varie entre 907 et 995$.

Si tu es couvert par le Régime de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), la PrEP y est acceptée et tu devras payer le montant maximal par mois, soit de 87,16$ (en 2016), à moins que tu en sois exempté. Tu peux consulter le site de la RAMQ pour plus de détails (lien vers le site). Si tu prends de la médication actuellement, il ne t’en coutera pas plus cher; après le montant maximal, ta médication est toujours gratuite.

Pour les personnes qui ont une assurance collective privée, le coût varie selon ta police d’assurance collective; il faut donc t’informer. Généralement, ta couverture annuelle débute au 1er janvier. Les remboursements sont variables selon ton régime, mais sache que toute assurance a un montant maximal pour lequel tu auras à débourser. Au Québec, ces barèmes sont fixés par le gouvernement. Tu trouveras dans ta police d’assurance ce montant maximal. À retenir : la PrEP est nécessairement couverte par ton assureur privé comme la RAMQ la couvre.

Depuis 2017, il existe désormais un médicament générique disponible au Québec, qui te sera peut-être proposé en pharmacie. Pour le coût, pour l’instant pas de changement au niveau de la RAMQ, et pour les assurances privées, il reste nécessaire de te renseigner.